dimanche, mai 06, 2007

La reprise du dimanche électoral: 72

Ben oui, on n'en rame pas une à Un violon, un jambon. Enfin surtout moi: pas de ma faute. Ça fait un moment que je n'arrive plus à inoculer quelque musique que ce soit dans le système, obnubilé que je suis par la politique...et déprimé d'avance par les coups de klaxon et les cris de joie qu'il va falloir supporter ce soir.
Donc s'échapper, penser à autre chose, surtout éviter de penser au pire...
Voici donc une chanson à jouer très fort, pour couvrir le bruit. Une chanson qui parle de Paris au lendemain de la guerre, qui mélange fantômes et fantasmes d'une époque révolue. Une chanson assez belle pour vous faire oublier l'espace d'un instant que ça ne va pas rigoler dans les cinq années à venir...
John Cale: Paris 1919 (version originale)
John Cale: Paris 1919 (acoustique et en concert, postée dès que j'aurai voté)
Final Fantasy: Paris 1919

4 commentaires:

G.T. a dit…

Pareil...

J'ai vraiment pas le moral pour parler musique, trop consterné par ce qui est en train de se passer.

NotBillyTheKid a dit…

J'ai envie d'écouter du Smog en buvant du Smecta. C'est l'éclate.

Erwan a dit…

Très jolie la reprise de Final Fantasy, merci. Ca me redonne (presque) l'envie de vivre...

azamleag a dit…

pas le moral non plus depuis hier soir mais c'est vrai que la reprise (et l'originale) sont extra