samedi, juillet 29, 2006

Le soleil est près de moi

Tu l'as compris ami lecteur, cette compile de l'été est aussi une compile de grosse feignasse, quelque chose qui nous permet de ne pas trop nous fouler en piochant dans nos discothèques respectives et en attendant des jours plus cléments en ce qui concerne des sorties de disques qui nous mettent la banane dans le falzard.
Alors me voilà avec ce morceau de Bill Fay (folkeux britiche des années soixante) qui raconte que le soleil s'ennuie et qu'il ne réapparaîtra jamais, enfin je n'ai pas tout compris vu que les paroles sont fort abstraites, voire absconses. Et avec une orchestration qui ferait passer Scott Walker dans ses moments les plus tagada tsoin tsoin pour du Daniel Johnston.
Du coup, je n'arrive toujours pas à trancher: chanson géniale ou boursouflure innommable?

Euh, sinon vous ne trouvez pas qu'il n'y a rien à la télé en ce moment?

Seizième rasade:
Bill Fay: The Sun is Bored (MP3)

4 commentaires:

Anonyme a dit…

>chanson géniale ou boursouflure >innommable?

>Euh, sinon vous ne trouvez pas >qu'il n'y a rien à la télé en ce >moment?

Moi, j'ai tranché. Boursouflure. Après avoir cherché longtemps à écouter ce disque rare, intrigué par le sticker accrocheur (ray davies, nick drake, bob dylan), c'est un disque que j'aimais avant même d'avoir écouté. J'en suis très vite revenu. Je trouve pas ça si fameux que ça, ça se laisse écouter évidemment mais ça mérite pas sa réputation. Je préfère les disques des Kinks, de Nick Drake et Dylan, c'est peut etre archi connu et ça impressionnera pas grand monde mias je les écouterai certainement plus souvent que celui là ... Y'a bcp d'albums comme ça qui sont durs à dénicher qui une fois trouvé, on ne sait plus trop quoi en penser. Après avoir si longtemps cherché, parfois déboursé bcp d'argent pour acquérir la perle rare, on ne peut sé résoudre à trouver ça mauvais. Depuis le temps qu'on en révait, ça peut pas être aussi mauvais ?

Dans les albums "rares", un que j'aime bcp (en particulier la face b, bcp plus que la face a) est un disque d'un folkeux australien Doug Ashdown (the age of mouse)....

Sinon à la télé, y'a les Soprano sur France 4 le samedi soir en face du très décevant Lost.
Y'a Strip Tease le dimanche soir sur la 3 et le mercredi soir toujours sur la 3, y'a un excellent documentaire "Soupçons" en plusieurs épisodes.

murphy

Anonyme a dit…

Tu es complètement ouf Murphy, tu m'entends, complètement ouf. et toi, Michel, à moitié ouf. Bill fay est un génie. Bien sûr son problème c''est qu'il a toujours été entouré par des groupes tout pourris qui répendaient leurs nuisances néo-prog sur ses compositions. Mais il faut absolument écouter son disque de démos (où, enfin, il est seul): From the bottom of an old grandfather clock; ça devrait clore tout débat. A tout jamais et pour la nuit des temps. Au moins.

Bogus Man a dit…

chanson géniale ou boursouflure innommable ?
Je reconnais que les arrangements sont parfois un peu clinquants (la batterie de baloche, le saxophone alto – le même que celui du Englishman in New York de Sting ? !), mais la chanson est une vraie réussite le genre pop orchestrale, à tel point que je trouve la comparaison avec Dylan et N. Drake assez maladroite. En fait, ça me fait plutôt penser à Divine Comedy et à Bashung (l’ambiance de symphonie nocturne est très proche de Madame rêve

michelsardou a dit…

Murphy, je n'ai pas la TNT, pas en Belgique mais j'ai la télé flamande, ce qui sauve quelque peu (surtout que les films ne sont qu'en VO)
Anonymous c'est vrai que Fay a ses fulgurances mais je n'arrive toujours pas à me décider, et surtout à avoir la même indulgence pour lui que pour d'autres moins ambitieux que lui de la même époque, plus bas du front mais plus sincères. Je m"en veux presque mais c'est comme ça chez les sardou, mauvaise foi;)
Bogus Man, pour rebondir sur madame r^ve, cette chanson m'a toujours semblé comme un gros plagiat d'un titre de Dead Can Dance dont j'ai oublié le nom...

Merci pour vos réactions en tout cas, même les rebuffades font plaisir :)