dimanche, juin 10, 2007

La reprise du dimanche: 77

Cette chanson, c'est la chanson préférée de tout le monde: ta mère l'aime, ton frère l'aime, ton pire ennemi l'aime, je l'aime, toi aussi lecteur tu l'adores. Car Sly Stone est (a été? sera?) un des plus grands dès lors qu'il n'a pas absorbé de substances hallucinogènes et/ou excitantes, ce qui a dû se compter en minutes sur les doigts de la main gauche de Django Reinhart.

Sly connaissait pourtant son Rock'n'Roll sur le bout des doigts puisqu'il fut l'ingénieur du son attitré des groupes du tout Haight-Ashburry (Grace Slick, Grateful Dead, Beau Brummels), avant de se lancer dans un projet d'invasion du monde: "On avait plein d'idées créatives que personne n'avait jamais reliées entre elles, expliquera Greg Errico, le batteur.
D'un seul coup, il y a eu toutes ces influences traditionnelles qui se sont retrouvées à un carrefour. Du Rythm'n'Blues, de la Pop blanche, des trucs psychédéliques, et la touche anglaise, tout ça mélangé pour la première fois". (1)

Mercury Rev: If You Want me to Stay (mp3, attention il ne s'agit pas du groupe d'imposteurs qui sévit depuis Deserters Songs mais bien du Mercury Rev canal historique)


Sly & The Family Stone - If You Want Me
envoyé par PeteRock

(1) Extrait du livre de Barney Hopkins "San Francisco. 1965-1970. Les années psychédéliques." Pas très bien écrit mais fort instructif.

4 commentaires:

Garrincha a dit…

Le lien ne fonctionne pas.
Et Sly est magique.

michelsardou a dit…

Diantre! je répare.

chez a dit…

Sly RULZZZZZZZZZZZ !
Quel bonheur de le (re)voir. Un des grands talents sous estimés de l'histoire de la musique.

MrMeuble a dit…

Fichtre ! Je veux bien qu'on deteste les deux derniers, mais Deserter Songs c'est pas de la mauvaise came quand même !!!! Même de la bonne.
Enfin, merci en tout cas pour la reprise, c'est du tout bon. Au fait, j'ai changé d'adresse de blog si tu veux me lire :p
a+