mardi, avril 18, 2006

The Millenium

Le top du snobisme chez tous les amateurs de musique aujourd'hui, et notamment les audiobloggers, c'est de dire: ouais mon gars, beh moi je l'ai acheté en vinyle. Nah!
Et c'est compréhensible: tous ces MP3 perdus sur le disque dur et/ou son baladeur, sans mentionner ceux qui n'ont pas de nom (bienvenue sur My Space!), ces pochettes de CD toutes riquiquis. J'en arrive à ne plus vouloir écouter de musique sur mon ordinateur, à en avoir du mal à mettre un CD dans la platine.
Alors voilà, je fais mon coming out: j'ai acheté une platine vinyle en début d'année 2006, et une bonne trentaine d'albums depuis (à rajouter à ceux que je possédais avant de passer au CD: re-bonjour Prince, Stevie Wonder et autres idoles d'adolescence). C'est peut-être chiant et plus fragile, mais l'acte d'écouter de la musique me semble reprendre de la valeur.
Pourquoi raconte-je ma vie, vous demandez-vous? Mais c'est parce que j'ai un blog et que j'y poste des morceaux et que comme je suis moyennement nerd, je n'arrive pas à transformer ceux que j'ai en MP3 (enfin je tatonne), et qu'il commence à avoir un décalage entre ce que j'écoute au quotidien et ce qu'il y a ici.
Erreur et frustration réparées puisque voici ce disque qui m'obsède depuis plusieurs semaines, The Millenium projet né dans la foulée du premier album de Sagittarius (1968) sur lequel je bredouillais l'autre jour.
Album de producteurs (Curt Boettcher & Gary Usher), Millenium associe des mélodies que n'aurait pas reniées le grand Burt Bacharach, perverties par une foultitude de micro-détails qui amènent l'album à la limite de l'apologie de la drogue: chaque instrument est doucement perverti, les choeurs et les voix, souvent à la limite de la niaiserie menacent de dérailler à tout moment. L'inventivité des percussions me ravit à chaque écoute. J'en arrive à enfermer le chat de peur qu'il me raye le disque, et tout ça pour ne pas en parler? Je dis non! Vivent les réseaux P2P (ce qui équivaut à de la copie privée, je crois).

The Millenium (1968):
5AM (MerveilleP3)

D'autres morceaux sont disponibles sur la page My Space du groupe, qu'une bonne âme a bien voulu leur faire, Boettcher et Usher sont morts dans les années 80.

6 commentaires:

Anonyme a dit…

J'en profite pour signaler que si Begin est épuisé en CD, le coffret Magic time qui contient non seulement Begin mais aussi les morceaux de l'album - jamais sorti je crois - de Ballroom (beaucoup ont réapparus sur l'album de Sagittarius) et des tas de démos, le tout en trois gros CDs est toujours dispo, lui :-)

http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/B00005JY1Y/qid%3D1145393866/171-7649689-8791460

PS1 : mon morceau préféré, c'est l'incroyable The know it all et ses trompettes folles.

PS2 : pourquoi c'est mieux le vinyle ? parce que ça : http://www.c-jamaispareil.com/article.php3?id_article=126

bruno

Anonyme a dit…

mince, sont réapparus.

Sonic Eric a dit…

Entièrement de ton avis sur la supériorité du vynile. Seul hic : les nouveautés valent 1 fois et demie le prix d'un cd alors que le coût de production est égal voire inférieur. Ce n'est que la réédition inversée de l'arnaque des années 80 qui visait un délestage massif de nos vynils au profit du CD.

Gonzo a dit…

5AM quand les petits oiseaux ont la chance de chanter quand tu rentres à pied à Paris. Et que t'as pas envie de te coucher, et mettre "Titanic" de Katerine.

Merci au houbablog !

sadoldpunk a dit…

Encore une fois, je cautionne le vinyle. Malheureusement, Soniceric a raison au sujet des nouveautés. Mais on peut encore trouver des vieilleries pas chères en fouinant bien...

sadoldpunk a dit…

Encore une fois, je cautionne le vinyle. Malheureusement, Soniceric a raison au sujet des nouveautés. Mais on peut encore trouver des vieilleries pas chères en fouinant bien...