mardi, janvier 17, 2006

Nick Castro

Alors, pour celui-ci, je vais gentiment vous demander toute votre concentration, et de ne pas partir dès que je vais lâcher les mots qui fâchent: galaxie Devendra Banhart, puisqu'on on retrouve en effet Josephine Foster et la moitié des Espers, et ça suffit à cataloguer un homme à tout jamais. Cliquez directement sur le MP3 et attendez que les changements de ton, les ruptures s'impriment durablement dans le cortex.
Je suis tombé sur ce disque un peu par hasard (c'est tant mieux, je n'ai pas été influencé par les chroniques dithyrambiques) et j'avoue ne pas avoir été enthousiasmé comme ça depuis un bon moment. Du Folk, donc, mais sans trémolos irritants dans la voix, sans étrangeté de bazar. Nick Castro fait une musique de facture "classique", agrémentée d'instruments médiévaux, qui agit immédiatement et n'est pas sans rappeler Vashti Bunyan (en mieux) ou encore Nick Drake. Ne croyez pas le titre menteur de cet album, ne vous fiez aux deux extraits que je j'ai choisi, Further From Grace est, je pèse mes mots, indispensable.

Nick Castro (2005):

Nick Castro is an American that, according to the press, would be belonging to the Freak-Folk galaxy, well at least that's his pedigree. Except he might be much more worth than that. As far as i'm concerned and since his album was issued in late december in Europe, here's the first real shock of 2006. Timeless and well worth a little click.

1 commentaire:

kfigaro a dit…

c'est vrai qu'il a une voix élégante et sans excès "dylaniens" je dirais ;), on est pas si loin du Milton Nascimento du "Clube da esquina" parfois (la force vocale en moins)...

A +