dimanche, avril 29, 2007

La reprise du dimanche : 71

Je ne sais pas, honnêtement, si ça peut marcher, avec les filles, de leur répéter, à fond la caisse et mille fois qu'on veut de l'amour. Le gars, il a l'air tout chaud. C'est à la limite du harcèlement cette affaire, surtout qu'il en veut, et en re-veut, et en re-re-veut tous les jours.

Ce serait trop facile... Je suis sûr que Winwood, il n'a pas du la garder longtemps sa petite pépée de l'époque... Mais peu Timporte !

Voilà une reprise qui a de la gueule, une compulsive relecture d'une chanson déjà compulsive. Le bromure devait être encore inconnu dans ce bataillon. Eric Quincy Tate (dont nous parlâmes ici) revoient (à la hausse) le Gimme some Lovin' du Spencer Davis Group.

Eric Quincy Tate
: Gimme some Lovin' (mp3)

samedi, avril 28, 2007

RESISTE !


Voici la pièce

sonore réalisée par
mon copain et comparse
thomas
braichet (inventeur du juron "nom d'un p'tit bonhomme de merde")
pendant sa rési/den/stan/ce chez les éditions n'a qu'1 oeil cette semaine.
cette pièce est faite pour circuler, être diffusée, faire passer.
petite note importante : toutes pistes composées par l'auteur / le discours
prononcé par nicolas sarkozy a été respecté dans son intégralité / / aucune
coupe, aucune modification n'y a été apportée, à l'exception d'une ellipse
concernant la ville de marseille qui ne nous intéresse pas ici / aucun
sample de la chanson originale de france gall n'a été utilisé.

Post-it

Là, je me dis que j'ai perdu mon post-it.
Sur mon post-it, il y avait écrit : Hoyt Axton.

J'avais nommé Hoyt Axton, parce que je n'ai aucun album d'Hoyt Axton.

Alors j'ai écrit : Hoyt Axton, pour penser à en chercher, chercher les meilleurs etc.

C'est pas bête, non ?

Il faudra que je fasse deux fois plus attention à mes post-it...
Alors, je vous mets Double double dare.

Et voilà alors ce post, qui devient non seulement un post-it pour moi, mais pour vous aussi, non ?

Hoyt Axton : Double double dare (mp3)

mardi, avril 24, 2007

Croiser Alberte

Cette chanson, ce fut mon bonheur du jour (enfin celui d'hier) que j'ai dû piquer à je ne sais plus quel site.
Soit une mélodie angélique à la voix haut-perchée. Pensez voir: un groupe qui aime The Band, Neil Young, que j'aimerais bien laisser tranquille avant qu'il n'expire son dernier souffle, avant que ça ne devienne n'importe quoi.
Bon ok, j'y participe...
Moi-même qui suis contre le racisme et pour la solidarité, pour le bien et contre le mal, pour l'OM et contre le PSG, je sais que j'ai raison et qu'on ne peut m'accuser de parti pris.
Donc cette chanson, d'un groupe certes bien mal fagotté, mal produit, un brin lourdingue, mais cette version est d'une grâce et d'une évidence pleine de promesses que je ne peux m'empêcher de révéler à la face du monde esbaudi.
Ben voilà:
Alberta Cross: Lucy Rider (mp3)

dimanche, avril 22, 2007

La maison des feuilles de rose

Alors que je fouillais dans mes vieux CD poussiereux, je suis retombé sur cette honnête compil que fût Lounge-a-palooza. Outre un Wichita Lineman entre Glenn Campbell et Michelle Shocked que vous posterais si mon acolyte aficionado ne résiste pas à la tentation, et autres bonne pioches (Pizzicato five en grande forme...), on trouve un titre de Poe.

Poe, je ne connais pas.

Mais le titre de la chanson fait tilt chez n'importe quel lecteur de Gertrud Stein : A rose is a rose. Les paroles font d'ailleurs explicitement référence à cette bonne Gertrud.

Le truc, c'est que, 10 ans après l'acquisition de cette compile, l'auteur du titre fait TILT ! Mark Z. Danielewski Il ne pouvait pas faire TILT à l'époque, car il n'avait pas écrit ce qui a fait sa renommée : La maison des feuilles. Etonnant de retrouver ce gars à, dans cette drôle de compile, mais la référence à la mère Stein prend alors tout son sens...
Quant à Poe, c'est tout simplement sa soeur...

Poe : A rose is a rose (MP3)

Certes, ça ne casse pas les pattes du coincoin non plus, mais bon... une rose+une rose +une rose..

La reprise du dimanche électoral: 70

Non non non, n'attendez pas que l'on donne dans la surenchère sur ce blogue. Sauf si l'infâme nain à talonnettes passe, alors là je vous préviens que je quitte la France (zut, c'est déjà fait depuis 10 ans).
Imaginons de toutes nos forces la France présidente d'après où tout devient possible même de manger un sandwich cul nu accoudé au comptoir de son bar local. Une France sans-culotte. De toutes mes forces, je suis pour (donc je vote Ségolène, ce dont vous vous foutez, mais ça va mieux en le disant).

Le rien à voir du jour, des reprises de la Ciccone qui a alterné le très bon et le très très très mauvais (essayez voir de siffler la mélodie de Hung Up, une fois abstraction faite du sample de Abba).

Ciccone Youth: Get into the Groovey (mp3)
Teenage Fanclub: Like a Virgin (mp3)
Jon Auer: Beautiful Stranger (mp3)

jeudi, avril 19, 2007

For-For-For-Formidable

Un petit billet vite fait, mal fait pour signaler la sortie imminente du prochain (et premier) album de Bill Callahan. Soit Smog.

Houlala! Je suppute ce que vous allez vous dire à des kilomètres, encore des textes neurasthéniques chantés d'une voix morne de baryton à transformer à vous pétrifier la meilleure des volontés curieuses dont je suis sûr que vous ne manquez pas.

Alors deux raisons à ce billet: je suis allé voir le concert de sa girlfriend Joanna Newsom et j'en suis encore tout époustoufilé, mais on n'est pas chez Gala. Et surtout, cet album est bizarrement enjoué. Je mettrai même ma main à couper qu'il a souri en enregistrant certaines des chansons de ce très respectable album, m'enfin sans se départir de son cynisme, hein!

Bill Callahan: Diamond Dancer (mp3)
The Wheel (mp3)

mardi, avril 17, 2007

Lepers a les jetons

Après le succès rencontré par mon post sur Christophe Tarkos, profitons le l'occasion pour faire le larron :
Charles Pennequin passe ce soir à la radio. Ne le ratez pas. ça s'appellera Dichte et c'est aujourd'hui 17 Avril 2007 à 21h sur France Culture.

Et voilà de quoi goûter à ce Charles là, de façon à vous apâter !
Charles Pennequin : Questions pour un champion. (thx to franceradio.net)


(et tant qu'on y est, un peu d'auto-pub éhontée pour la lecture parisienne des copains et moi à Paris, jeudi au palais de Tokyo)

dimanche, avril 15, 2007

La reprise du dimanche : 69

Si je n'avais qu'un conseil à donner concernant Jimmy Webb, ce serait celui-ci: ne l'écoutez jamais interpréter une de ses propres chansons sous peine de devoir sérieusement réévaluer l'intégrale de la discographie d'Elton John et notamment les années 90/2000 tout à fait remarquables.

Car je ne sais pas comment l'animal se débrouille, mais massacrer à ce point ces chefs d'oeuvre, il doit falloir être un vrai Punk.

Par contre de belles reprises Electro-indus, Disco, Country, j'en passe et des pires, ce n'est vraiment pas ce qui manque. Et puisqu'il fait beau, voici un petit florilège version pop gnan-gnan à déguster avec un mojito.

The Association: PF Sloan (mp3 et oui, chanson sur le PF Sloan dont on vous a causé précédemment)
Hugo Montenegro: When It was Done (mp3, ma préférée)
Long John Baldry: MacArthur Park (mp3)

vendredi, avril 13, 2007

Petites roues

Je me pose parfois des questions stupides et inutiles.

Par exemple : "Si je me présentais au casting de La Nouvelle Star, je chanterai quoi ?".
La question est purement rhétorique, je chante comme une pelle. Mais, ce n'est pas parce que la question est stupide que la réponse doit être idiote.
J'ai longtemps réfléchi (je ne sais toujours pas pourquoi) et, après avoir mis une option sur Johnny Cash ("Redemption" puis "Folsom prison blues"), j'ai fait mon choix. Un choix tout à fait adéquat : parfaite a capella, impressionante, troublante, décalée...
Je suis sûr d'avoir quatre "oui".

Il ne reste plus qu'à savoir chanter...

Buffy Sainte Marie
: Little Wheel Spin and Spin (extraite de Little Wheel Spin and spin

Et voilà un beau cadeau bonux :

jeudi, avril 12, 2007

Artois (bis)

Stella-l'ex-femme-de-Vander-celui-de-Magma-qui-l'a-quitté-depuis (mais on n'est pas dans Gala) dont je causais l'autre jour a tous ses Ep des années 60 disponibles .

Certes vous vous en moquez peut-être, mais la demoiselle avait un côté irrésistible auquel je n'ai d'ailleurs pu résister, la preuve:

Stella:
Le silence (mp3)
J'achète des disques américains (mp3)

Droit au but!



Merci Coil

mardi, avril 10, 2007

Junky comme papy

"Mon papy est un junky. Mon papy buvait. Mon papy était un génie. Mon papy avait un chapeau blanc. Mon papy a fait un OD dans sa bagnole. Mon papy est mon héros" aurait pu dire notre homme.
C'est rare tout de même, dans notre univers musical d'avoir un petit fils de légende qui assure un minimum.
Hank III, comprenez Hank Williams 3ème du nom, a tout de son papy, même si le talent s'est entre temps un peu dilué dans l'alcool et la dope. Le p'tit fiston a une bonne tête de con, ce qui présage bien pour une country sauvage, les paroles sont à hurler de rire de machisme et de connerie assumée. Vous vous souvenez de celles de Ween, au second degré ? Et bien là, on est au premier. On a un beau "Dick in dixie", "My drinking problem" (qui vaut son pesant de beurre de cacahouetes), "Thrown out of the bar", "Pills I took", "Satan is real"... Le gars est capable de dire les pires horreurs sur un country slow sirupeux ou de se lancer dans un bon country-punk des familles.
Un punk à chapeau blanc, comme papy !

HANK III : Smoke and Wine (Straight to hell)

lundi, avril 09, 2007

Ascenceur pour l'échaffaud

Un vieillard édenté qui croit avoir été enlevé par les extra-terrestres, une mère abusive, un frère qui se bat pour avoir sa tutelle... Voilà qui sent le voyeurisme et qui doit larmoyer pleins gaz. Un documentaire est sur le point de sortir aux USA sur le légume qu'a l'air d'être devenu Rory Erickson:


13th Floor Elevators: I Don't Ever Want To Come Down (mp3)

via GVSB

dimanche, avril 08, 2007

La reprise du dimanche : 68

Si Costello a la sale réputation de n'être qu'un chanteur à Rock critic (ce que je trouve personnellement largement injustifié), il y a UNE chanson qui me permet d'intimer à tous les salisseurs de mémoire qu'ils feraient mieux de fermer leurs claque-merde, c'est bien Shipbuilding.
La preuve en est que même des gars top crédibilité tels que Chet Baker, Robert Wyatt, Graham Coxon et même Suede (euh non, pas Suede) l'ont jouée ou ont participé à son enregistrement.
Comment ça, ça ne prouve rien? Bon c'est vrai, je te l'accorde, lecteur pointilleux, le name dropping ne me conduira nulle part. C'est juste une chanson qui m'émeut, une mélodie à tomber par terre et un texte acerbe et mélancolique qui colle au plus près de l'actualité. En l'occurrence la guerre des Malouines qui a relancé l'industrie des chantiers navals (de Liverpool, Belfast, etc...) alors que certains fils des mêmes ouvriers qui construisaient ces bateaux allaient précisément mourir dessus.

J'omets volontairement la version catastrophique de Suede pour ne conserver que ces reprises ma foi fort dignes:
Robert Wyatt: Shipbuilding (mp3)
Graham Coxon: Shipbuilding (mp3)

mercredi, avril 04, 2007

Plafond

Voilà : Je sèche.

Je sèche parce que je réfléchis à la façon de vous convaincre que le nouvel album des Cowboys junkies est enthousiasmant.
Vous allez vous dire : "oui, oui, bien sûr, ils ont bon goût, c'est charmant, ils ont certainement réussi un album sans faute de goût". Vous allez être déjà convaincu que, oui, c'est certainement bien, mais bon, de là à sauter au plafond,...

Eh bien voilà, c'est là que je sèche.

Parce que moi, là, je saute au plafond.

J'en vois déjà qui pensent que cet album, c'est comme un film de Wenders : intelligent, appliqué, mais bon, de là à sauter au plafond...

En voilà d'autres qui me parleront des derniers Springsteen ou Patti Smith, c'est bien fait, ça fait plaisir aux fans, ils ont toujours du talent, mais bon, de là à sauter au plafond...

PUISQUE JE VOUS DIS QUE JE SAUTE AU PLAFOND-EUH !

Je ne sais pas moi, quoi dire ! Je sèche. A part vous dire que c'est à l'image de la pochette : en apparence tout cucul avec un noeud et de la ficelle à la pub Herta, et en fait, c'est effectivement, extrêmement tendu, sensible, sur la corde, prêt ) péter...
Je pourrais détailler chaque chanson (c'est vrai, je peux vous faire ça dans les commentaires), je pourrais vous dire qu'il tourne en boucle, que même NotBilette a dit "oh, c'est rock'n'roll ça, c'est quoi ?" à propos du gros blues, puis a rajouté "elle est bien celle-là" à une chanson suivante, alors que, bon, d'habitude c'est : "Tu peux arrêter ta musique et nous mettre des infos ?", je pourrais vous dire que c'est du niveau, si ce n'est mieux, que leur dernier bon album en date, Lay it down, déjà loué là.

Persuadé que je serai le seul à y croire vraiment, je sèche, au plafond. (& c'est la chapelle sixtine !).
Mais ce n'est pas grave de toutes façons (...vous sentez bien que je pense le contraire, que c'est grave, très grave ? Et bien, cette chanson dit la même chose)
Cowboy Junkies : it really doesn't matter anayway (mp3) + trois titres supplémentaires là.

mardi, avril 03, 2007

Jacques Your Body (fais-moi peur)

Il était grand, il était méchant.
Personne n'a jamais su qui... enfin vous connaissez l'histoire, on n'est pas là pour disserter. En plus d'un nombre incalculable de films, de BD, et de romans pas toujours recommandables, il a inspiré le grand Joe Meek.

Je place "grand" devant Joe Meek mais c'est pour dire comme tout le monde. Le fait est que je n'ai jamais vraiment accroché aux morceaux de ce producteur légendaire, et surtout pas à Telstar (la chanson préférée de tous les temps de Margaret Thatcher, c'est dire combien ça vieillit bien!)

Par contre, Jacques l'éventreur a je ne sais pas qui me fait gazouiller le ventre, me donne envie d'éviscérer tout ce qui bouge.
Prends garde, lecteur, ne clique pas sur ce lien.

Screaming Lord Sutch And The Savages :Jack The Ripper (mp3)
The Gruesomes: Jack The Ripper (mp3, belle reprise encore plus méchante)

dimanche, avril 01, 2007

La reprise du dimanche : 67

Je crois bien avoir déjà utilisé cette bien belle chanson pour remplir cette chronique, alors c'est pas très honnête, mais peu importe car la musique est bonne (bonne, bonne, bonne)...

Un tapis de guitare acoustique qui évoque à la fois la naïveté et l'ennui qu'on peut avoir à 13 ans. Un texte impressionniste qui évoque tour à tour les flirts, l'école, la piscine et le Rock'n'Roll (man). Il ne reste plus qu'à relier les points et se faire son petit film personnel.

C'est évocateur, c'est intelligent. Une bien belle chanson, vraiment.

Big Star: Thirteen (mp3, ze originale)
Kathryn Williams: Thirteen (mp3)
Wilco: Thirteen (mp3)