vendredi, novembre 24, 2006

Massacre à la compagnie créole

Le massacre à la Compagnie créole est une variante du massacre à la tronçonneuse, en plus violent.
Voilà, j'ai toujours aimé Léonard Cohen, et New Skin for the old ceremony est mon album préféré que je préfère parce que je l'aime beaucoup.
Dans cet album, Léonard gueule (Is this what you wanted...), il s'excite, trouve des mélodies et des rythmes qui échappent aux clichés que l'on porte sur lui. Il aligne les compositions parfaites ("Who by fire" est une chanson merveilleuse, mais vous le savez déjà). Les musiciens sont nombreux, il y a des choeurs... C'est un album différent, et bien plus réussi, à mon avis, que Songs from a room.

Alors, me direz-vous, que vient foutre la compagnie Créole dans cette affaire ?

Tant pis pour vous, voici la réponse à cette question que vous n'auriez jamais dû poser. Chaque écoute de ce qui est un de mes albums de chevet est gâchée par le tout petit riff de guitare de "Lover lover lover" (après "come back to me..., titilili-tum -titilili"). Ce riff utilise les mêmes quatre notes employées par nos amis des Dom-tom dans "Au bal masqué", lorsque le gars déguisé en pirate avec son faux perroquet, et sa copine disent "Cen-dril-lon, cen-drillon, Na-po-léon, Na-po-léon.
J'en souffre. Et comme je suis sadique, je viens de vous gâcher vos futures écoutes de ce chef d'oeuvre. Je sais, c'est mal. Vous avez raison de m'en vouloir... Mais je me sens moins seul maintenant.

Léonard Cohen : Lover lover lover (mp3)
La compagnie créole : Le bal masqué (mp3)

16 commentaires:

Kill Me Sarah a dit…

Ah ah ah le fourbe !
Mais tu n'arriveras pas à me gâcher cette chanson (la version sur le live de la tournée 79 est excellente aussi).
Par contre je découvre que tu es un vrai spécialiste de la Cie Créole ah ah ah ah ah!!!!

(Et puis je voudrais préciser que le disque de Cohen est sorti bien avant)(qu'on ait pas de doutes)(sur qui à pomper qui)(si jamais)

NotBilly a dit…

on parie que je ne te l'ai pas gâchée à jamais ?
Et, oui, je suis fourbe et vil. J'ai honte.

Georges a dit…

mooouuuuuaaaaaiiiiiisss.

T'es tordu quand même comme type.

michelsardou a dit…

C'est intéressant.
Dans le même ordre d'idée, je ne sais pas si tu as remarqué la similitude entre Starway to Heaven et Un peu plus près des étoiles de Gold

Anonyme a dit…

Je sais pas pourquoi j'ai pensé à Herman Düne en écoutant ce morceau? Puis je me suis rappelé que j'avais eu le même genre d'effet en écoutant le morceau Bristol de son dernier album il y a comme un gros effet Manu Chao flute de paon, la petite guitare... ça ma un peu gâché la fête... voilà je suis aussi moins seul

La loche a dit…

Oui, Bristol... Le vent nous portera... y a plus que cul et chemise.

Suis plus géné par les paroles de "no diamonds in the mines" que par la guitare de la compagnie créole.

La loche a dit…

tiens, je ne sais pas trop où j'ai vu qu'il y avait plusieurs mines...

Anonyme a dit…

Pour une fois que je connais un peu ce que vous racontez (Leonard, pas la Compagnie...), je me permets cette question tatillonne : le titre exact du titre de Cohen que tu cites ne serait-il pas "Who By Fire" ?
Chiantement vôtre...

NotBilly a dit…

Mais c'est ce que j'ai écrit ! Relis !(quoi !? il y a écrit "un blog de plus avec de la mauvaise foi" en haut, non ?) yark yark ! ;o)

coolbeans a dit…

Ceci idt, la vraie révélation de ce post, c'est que Leonard Cohen ait été influencé par la Compagnie Créole... Qui l'eût cru ?
Demain tu nous prouve que Philippe Lavil a été plagié par Kraftwerk ?

NotBilly a dit…

Ils tapent sur des bambous électroniques, non ?

NotBilly a dit…

Le président du fan-club de la Compagnie créole me fait savoir qu'il compatit avec moi car, depuis des années, lorsqu'il écoute son groupe favori chanter cette chanson, il pense au riff de Cohen, et ça lui gâche son plaisir... Comme quoi, il y a toujours plus malheureux que soi.

Anonyme a dit…

je connais quelqu'un comme ça qui est doté à un point extrême du don (?) de trouver des liens entre les morceaux les plus improbablement acouplables qui soit. C'est peut être ça l'oreille absolue. Je préfère alors ma très imparfaite mienne.

Baptiste a dit…

Diamonds in the mine est sur Songs of Love and Hate - sur lequel on retrouve aussi Famous Blue Raincoat, peut-être, sans doute, ma chanson de Cohen préférée....

NotBilly a dit…

C'est vrai, zut, j'ai fait ça de tête! Et zou, deux erreurs dans les titres... Moi qui croyait connaître le tracklisting par coeur, j'en prends mour mon grade. ça m'apprendra à être plus rigoureux... Merci.

Sonic Eric a dit…

Moi, ça m'avait fait le même truc avec Life on Mars et Nous. Du coup, ça m'avait gâché un peu le plaisir d'écouter Hervé Villard.